Quelque 6,5 millions € sont à glaner en honoraires pour imaginer le futur ferroviaire entourant le nouveau «control room» Infrabel (SNCB) à adosser au terminal TGV Midi à Bruxelles d’ici 2025. Au total, le dossier pèse en effet 65 millions € et marque le départ du changement de physionomie du tissu urbain enserrant la principale gare du pays. Un beau concours d’architecture à l’international en perspective.  

Gestionnaire du réseau SNCB, Infrabel entend construire un nouveau centre de contrôle adossé au terminal TGV Midi, dans la zone stratégique éponyme très dense de la capitale. Il en va de la principale gare ferroviaire du pays, porte d’entrée de la jonction où circulent 1.100 trains/jours. Pour l’ensemble de la mission d’auteur de projet, l’avis de marché européen de procédure négociée avec mise en concurrence préalable vient de paraître en ligne. Totalisant 38.000m2, l’ensemble à créer regroupera salles de commandes, bureaux aux normes et nouvelle cabine de signalisation. D’ici le premier semestre 2025, ce CCB devrait prendre place entre rue de France (accès Thalys et Eurostar) et faisceau ferroviaire, et accueillir 2.500 employés SNCB.

C’est le premier jalon d’un réaménagement complet de ce quartier bruxellois stratégique – largement tertiaire –, dont le plan d’aménagement directeur 2022-30 (objet d’une consultation en juin dernier) est actuellement toujours en discussion à l’échelon régional. Co-piloté par le bouwmeester bruxellois (BMA), l’appel (international) aux auteurs de projet parle d’une facture globale de 65,2 millions € HTVA pour ce nouveau Control Center Brussels regroupant toute la gestion du trafic ferroviaire. Dont 10% d’honoraires HTVA versés en trois tranches allant à l’auteur de projet désigné. Ce marché de services recouvre une mission complète: aménagement des abords, architecture, stabilité et techniques spéciales, mission PEB. Coordination sécurité-santé, essais de sol, relevé topo et détermination des pollutions sol ne font, par contre, pas partie de cette mission.

Phasage
Le délai d’exécution des travaux sera d’environ 72 mois calendrier. Deux phases distinctes sont prévues dans ce projet objet d’une pré-étude de gabarit (Perspective Brussels + bureau d’urbanisme l’AUC Paris). Ce marché devrait débuter en principe au début de l’été 2019 pour être bouclé fin 2027. D’une part, la construction d’un bâtiment tour à l’arrière de la parcelle, à principes URE: salles opérateurs sans éléments de structure «coupants», installations techniques-stratégiques tels que Data Center > rez, locaux HT/BT, No-Break, etc.; services support, opérationnels > ROC et connexes directions Infrabel) actif début 2025. Ce bâtiment tour pourra comporter un porte-à-faux restreint. D’autre part, une 2e phase visant le bâtiment de 19.000 m² à ériger en front de rue, à la place de l’actuelle cabine de signalisation et d’un bloc appartements à démolir.

Ce deuxième bâtiment devra être aligné avec les bâtiments Flot de Senne et Delta existants. Ce qui permettra, fin 2027, de libérer d’autres occupations Infrabel autour de la gare TGV Midi. Un défraiement de 50.000 € sera attribué à chaque soumissionnaire dont le dossier obtient au moins 60 points à l’issue de l’analyse des critères d’attribution. Ceux-ci sont détaillés dans le cahier spécial des charges disponible sur simple demande (zakaria.taouil@infrabel.be). Côté capacités techniques, le maître-architecte assistera au comité d’avis pour la sélection des cinq candidats (qui devront réaliser un avant-projet) les mieux classés et l’attribution définitive de ce généreux marché public. Le dépôt des dossiers doit intervenir pour le 1er octobre prochain, 13h dernier carat. Les demandes de participation doivent être introduites via la plateforme e-Procurement.

© Google Maps; News (aerial view)

Pin It on Pinterest

Share This