Profitant de la formidable caisse de résonance de l’actuel Mondial russe, des réunions multiples ont eu lieu récemment pour privilégier la rénovation du stade Baudouin, et en refaire le domicile des Diables rouges. Après la triste pantalonnade de l’Eurostadium nous privant d’Euro 2020, une intégration au projet d’urbanisation NeoI/Europea sur le plateau du Heysel tient la corde.

Avec 3 milliards et plus de téléspectateurs, le Mondial de football reste bien l’événement planétaire le plus regardé au monde. L’édition 2018 le confirme, comme de coutume. Cela crée aussi un contexte favorable aux affaires (business as usual) dont apparemment une partie des autorités belges s’est emparée pour, à défaut de se doter d’un nouvel outil Eurostadium agréé FIFA (écho du 7/12/2017 > FA web), imaginer un plan B. Celui-ci n’est autre qu’une nouvelle rénovation du stade roi Baudouin, inséré au sein du projet NeoI/Europea qui va rhabiller le plateau du Heysel. Sponsor des Diables rouges, le groupe Besix a fait offre de service. Rien d’étonnant puisque le leader belge de la construction à forte présence internationale a déjà l’expérience de quelques constructions footballistiques, notamment au Qatar (Al Wakrah, extension Al Khalifa. En outre, il figure au rang des réalisateurs du futur NeoI/Europea.

Avec la tutelle sur Beliris (accord de coopération pour internationaliser et embellir la capitale belge) parmi ses compétences, le libéral Didier Reynders est à la manœuvre, sans surprise non plus. Déjà actif sur le dossier de la piétonisation des boulevards du centre-ville bruxellois (bureaux d’études Sum Project + Greisch), le chef de la diplomatie belge en a profité pour poussé le bouchon plus loin avec le bourgmestre bruxellois le PS Philippe Close. Cette fois, avec le Heysel en ligne de mire. Porteur de son urbanisation – projet mixte de 112.000 m2 –, Unibail-Rodamco (premier groupe d’immobilier retail en Europe) n’y voit pas d’inconvénient selon le quotidien financier L’Echo, qui livre l’information au lendemain de la sortie peu glorieuse de la Mannschaft de la compétition mondiale 2018 et de sa cuisante défaite face à la Corée du Sud.

Du neuf avec du vieux
Les premières estimations d’une rénovation en profondeur de l’enceinte roi Baudouin oscille entre 200 et 250 millions €. Soit une fois et demie moins que la somme pour se doter d’un tout nouvel écrin homologué sur le parking C (projet Eurostadium > Ghelamco/Bam; bureau d’architectes Jaspers-Eyers & partners) du Heysel. Une série de réunions ont déjà eu lieu. La piste d’un club RSC Anderlecht au management complètement renouvelé est à nouveau évoquée. Le prestigieux club bruxellois appartenant désormais au milliardaire belge Marc Coucke pourrait bien partager le Heysel rénové, comme club résident locataire à l’année, avec les Diables rouges.

Il s’agirait en tout cas d’un stade multifonctionnel. Servant pour le prestigieux mémorial Van Damme, la piste d’athlétisme serait désormais amovible avec un système ad hoc de pelouses-ascenseurs aux vérins géants, comme ceux par exemple équipant le nouveau stade ‘Pierre Mauroy’ en banlieue lilloise (échos du 16/12/2017 et du 20/7/2016 > FA web). Selon L’Echo, la dernière maquette du projet NéoI comporte encore l’option stade roi Baudouin à rénover en profondeur. Toute une série d’appels d’offres devrait, évidemment, intervenir et un porteur de projet désigné. Plus que vraisemblablement, il faudra attendre les lendemains d’élections qui se profilent, pour voir mûrir correctement ce dossier explosif.

© Neobrussels.com; Sum project+Greisch

Pin It on Pinterest

Share This