En cas de dossier complexe ou «touchy», il n’est pas rare qu’un projet d’urbanisme en Belgique prenne dix à quinze ans pour mûrir et en obtenir les permis, de haute lutte. Successeur désigné du château Balzat à Ottignies-LLN, le pôle senior/bien-être en constitue la parfaite illustration, avec un dernier avatar en date.  

En vallée profonde, à proximité de la gare RER – l’une des plus fréquentées de Wallonie – et de la clinique St-Pierre, une vaste villa Belle Epoque de maître, pompeusement baptisée château reconditionné en hôtel, et son domaine abandonnés sont promis à devenir très bientôt un pôle troisième âge opérationnel et à 14.000 m2, signé par un l’atelier DDV (Nivelles): maison de repos (150 lits), centre de soins de jour (10 places + cantous 30 désorientés) et résidence services Le Lothier à 34 apparts. Ses prochains résidents – investisseurs, proprios, locataires – pourront être les éventuels bénéficiaires à la carte de services payants (repas, nettoyage hors buanderie et communs, …) délivrés par le gestionnaire de la MRPA-MRS.

Aux unités commercialisées depuis juillet dernier, cette RS serait la toute première de Wallonie à être proposée également en copropriété privée, avec mise à disposition imposée de l’exploitant agréé RW. Posé sur le même socle de parking, le tout doit être greffé, en phase ultérieure et selon la planification, à un troisième bâti réservé à du logement familial, exigeant un autre permis d’urbanisme. La réception des bâtiments MRPA-MRS et satellites est planifiée pour le printemps 2020. Ce dossier a pourtant mis une décennie de tergiversations pour être libéré de tout recours et connaître un début de chantier.

Etape additionnelle
Las, le parcours du combattant n’est pas définitivement bouclé. Développeur et architectes ne sont en effet pas encore au bout de leur peine: la copie doit être revue sur le 3e bâtiment résidentiel. Si côté village bien-être, les choses battent leur plein depuis octobre avec villa et dépendances rasées et constructions en cours, les logements à venir exigent de nouvelles étapes administratives imprévues, dont la mise à l’enquête publique concernant le socle (et pas le bâti lui-même). Ce radier doit être modifié car l’emprise du bâtiment a été revue à la baisse: deux tiers seront en rez+3 contre un quatrième étage dans une précédente version. Côté gare, le tiers restant sera rez+2.

Pour cultiver l’inter-générationnelité, une quarantaine d’appartements 2-3 chambres seront construits au contact du village bien-être Balzat. Ceux-ci sont destinés à des familles et PMR; exit donc les kots étudiants initialement prévus. Le projet ‘première mouture’ est donc une nouvelle fois contraint à plus de modestie. L’enquête publique court jusqu’au 7 septembre. Le dossier est consultable au service Urbanisme d’Ottignies-LLN. Ensuite, le fonctionnaire délégué de la Région délivrera ou non le permis visant ce socle commun. La demande de permis du bâtiment proprement dit serait introduite fin septembre prochain. Un début de chantier est programmé pour le printemps 2019.

© Atelier DDV

Pin It on Pinterest

Share This