En matière de superstructures hors du commun, Asie et Etats moyen-orientaux coiffent largement tout le monde au poteau. Quelques exemples illustratifs.

A l’instar de Las Vegas ou Macao, la cité-Etat de Singapour veut devenir la ville du jeu en misant essentiellement sur les recettes du tourisme. Elle a ainsi fait appel à une star de l’architecture mondiale, Moshe Safdie, et 5 milliards du développeur Sheldon Adelson pour ériger le tout premier casino-hôtel comportant une série de solutions architecturales et d’ingénierie dont la réunion était jusqu’ici inédite. Ce nouvel emblème singapourien est composé de trois gratte-ciel et surplombé d’un pont d’acier grand comme un… porte-avion.

Marina Bay Sands a été érigé récemment sur une bande de terre de 560.000 m2 gagnée sur la baie. Ce projet hors normes fait partie de ceux qu’on ne voit émerger qu’une fois tous les quarts de siècle. Tout aussi sans précédent sur la planète, un autre chantier colossal suscite à nouveau l’intérêt : l’archipel The World reproduisant un planisphère parfait conçu par l’architecte vedette Luis Ajamil et érigée à 4 km du rivage dubaïote, via Nakheel properties. Construit durant la décennie 2000, cet ensemble artificiel rassemble quelque 300 îles – une par pays – et un brise-lames de 25 km en pierres et sable.

De Dubaï à Visé

Sur ces îles privatisées, la création des infrastructures, complexes hôteliers, villas luxueuses à 3 étages dont un sous l’eau, villégiatures et maisons sur pilotis aurait dû être bouclée pour 2016. Mais le krach financier mondial des subprimes a déjoué tous les plans de l’hypothétique plus grande marina au monde (24.000 points d’ancrages prévus). Cette mise au frigo aura duré une petite décennie. Avec la reprise, le demi-projet finalisé revient dans l’actualité.

Avec le constructeur chinois Wuchang, le développeur austro-hongrois Kleindienst veut investir 6 îles formant The Heart of Europe : Suède, Allemagne, rocher monégasque, Suisse, St-Pétersbourg et continent européen. Dès 2020, cette petite constellation rassemblerait villas flottantes customisées (floating seahorses), hôtels, bars, restaurants, cafés et un yacht club fidèle à l’esprit régnant dans la demi-cinquantaine de pays formant le Vieux Continent.

Sous nos cieux belges, les superstructures sont nettement plus modestes. L’été dernier, Infrabel a pourtant mené une opération très singulière au nord de Visé, en banlieue liégeoise. L’opérateur ferroviaire y a ainsi fait installer un nouveau viaduc d’un… demi-km enjambant la Meuse, sur l’une des plus importantes ligne ‘marchandises ‘ du pays. Vieux d’un siècle, l’ouvrage surnommé « pont des Allemands » était en fin de vie. La soixantaine de convois ferrés quotidiens ne pouvait y circuler qu’à 20 km/h. Lire notre dossier « Superstructures » dans le Focus Archi 15 tout juste paru. (Ph. G.)

Pin It on Pinterest

Share This