Jusque début 2018, entre vieille ville et chantiers Muse (Viguier & associés) et nouveau Centre de Congrès (Wilmotte & associés), Pompidou-Metz se hisse avec sa décoiffante toiture dans le ciel lorrain à l’aune de l’architecture japonaise. Conçu justement par l’architecte japonais Shigeru Ban1, l’outil messin accueille en effet une série d’expos et d’événements temporaires magistraux regroupés sous la bannière « Une saison japonaise ». Parmi eux, l’actuelle « Japan-ness »2 s’arrête sur l’architecture nipponne à l’œuvre depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Courant sur sept décennies, entre traditions locales, influences occidentales et utilisations des matériaux modernes, cette première synthèse inédite jusque-là affiche les travaux de stars.

 Parmi elles, on compte Kengo Kuma (stade JO 2022 > Tokyo ; Grand Paris, …), Kenzo Tange (Centre pour la Paix > Hiroshima, 1952), Kisho Kurokawa (pavillon Toshiba, Expo universelle 1970 > Suita-Osaka), Tadao Ando (église de la Lumière > Ibaraki-Osaka, 1989), Toyo Ito (médiathèque de Sandaï > Fukushima, 2005), Sou Fujimoto (House NA > Tokyo, 2011), Arata Isozaki, agence Sanaa (Louvre-Lens, Hauts de France ; ), atelier Bow Wow et bien d’autres. Divisé en 6 segments totalisant quelque 300 projets et bâtiments emblématiques sous formes de plans, maquettes, dessins, le parcours débute par le tabula rasa né des bombardements atomiques de Nagasaki et Hiroshima.

Cette période est notamment marquée par Tange et un atelier fort de plusieurs centaines d’architectes, s’abreuvant notamment chez Le Corbusier. Il y eut ensuite le métabolisme, mouvement architectural et urbain aux formes guerrières et utopistes, né en 1959 autour de Fumihiko Maki et Kiyonori Kikutake. Place enfin à l’éclectisme, l’ingéniosité très libre, la light architecture, le minimalisme fonctionnel des Isozaki, Shinohara, Ando (le plus célèbre des architectes japonais vivants), …. Récemment, les talentueux Sanaa et Ban ont décroché chacun un Pritzker. Pas étonnant qu’on s’arrache aujourd’hui les services d’architectes nippons un peu partout sur la planète. (Ph. G.)

Pin It on Pinterest

Share This