Paris - JO 2014

Proche des lacs de l’Eau d’Heure, Walcourt se construit un futur. L’entité va bientôt rayer de la carte son principal chancre industriel, pour recoudre ville haute historique et extensions basses ultérieures. L’A.M. Ledroit-Pierret-Polet et DuPaysage a conçu un masterplan conjuguant deux grands axes: logements et équipement petite enfance.  

Entre Philippeville et lacs de l’Eau d’heure, premier pôle touristique wallon en devenir, Walcourt présente une topographie accidentée sur ses quelque 12.300 ha dont la plupart sont boisés. Sise sur un éperon rocheux, la ville historique est séparée de ses parties basses par l’ancien site industriel Brichart (1,2 ha) délaissé et occupant en partie le lit de l’Eau d’Heure, un faisceau ferré, la gare et la route « des Barrages ». C’est l’enjeu majeur pour le développement territorial de la ville, permettant de recoudre haut et bas de la ville. En 2015, la Cellule Architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui promeut la qualité architecturale des bâtiments et espaces publics a lancé un concours d’architecture.

Sur 29 candidatures, l’association momentanée du bureau d’architecture Ledroit-Pierret-Polet et des paysagistes Pigeon & Ochej DuPaysage a remporté la mise (> Les Echos du logement n°120, pp. 42-45). Cette équipe a établi le plan directeur et études avec un projet intergénérationnel phasé de 12.000 m2 – logements-terrasses sur socles, crèche/locaux communautaires, parc, espaces publics, parcours piétonniers et voiries – voisin du faisceau ferré et de la gare. En pivot du resserrement du tissu urbain, ce masterplan exploitant une série de volumétries différentes créera de nombreux liens entre le site dépollué racheté par le CPAS (maître d’ouvrage) et ses abords proches/lointains, entre futurs bâtiments et ville haute historique.

Pour la mi-avril
Ici, voies lentes, dessertes, passages, venelles, sentiers, parcours piétonniers et places se superposent au projet d’architecture, pour optimiser les liens entre quartier, gare et ville. Espace public supplémentaire, le parvis paysager à venir permettra d’accéder au centre culturel à rénover et au parc à créer sur la SAR assainie, flanqué d’une «plage» en réaménageant les berges pour créer «un rapport à l’eau plus doux» et différent.

Dédié à la petite enfance, l’équipement collectif sera disposé en longueur et constituera la façade principale, côté rue. Les 40 logements publics présenteront une forme en «L», pour refermer le cadre bâti autour d’une cour commune. Un permis d’urbanisme a été délivré début décembre dernier pour 20 premiers logements et la crèche de 36 lits. L’avis de marché public vient d’être publié, les offres doivent être rentrées pour la mi-avril. Ce nouveau quartier devrait émerger pour 2020.

© AM Ledroit-Pierret-Polet/DuPaysage

Paris - JO 2014
Paris - JO 2014

Pin It on Pinterest

Share This
Journée de la Rénovation