La rencontre historique à Singapour entre Trump et Kim Yong-un n’a pas fini d’être diversement commentée. Pendant deux jours, son cadre choisi en terrain neutre a été sous les feux de la rampe. Le «resort» élu a été livré par le cabinet britannique Norman Foster & partners au printemps 2009. Le Président américain n’a pas eu le temps de jouer au golf, son loisir favori.

En cette quasi mi-juin, tous les superlatifs ont été utilisés pour qualifier l’improbable rencontre inédite entre le président américain Donald Trump et son homologue nord-coréen Kim Yong-un. Le sommet peu conventionnel de deux jours a pris place en terrain neutre, à Singapour. Entre mers Jaune et du Japon, ce micro-Etat se veut la nouvelle porte d’entrée en Asie du sud-est (écho du 26/12/2017 > FA web) cultivant les innovations originales: complexe hôtel-loisirs Marina Bay Sands (FA print n°15, pp. 10-15) de Safdie Architects, quartier financier gagné sur la mer, parc tropical excentrique (paysagistes Grant Associates), buildings mixed-used Marina One aux jardins suspendus (Ingenhoven Architects), …

Serpentine
Choisi pour ces pourparlers mettant entre parenthèses la guerre de Corée (1950-53) n’ayant jamais fait l’objet d’un armistice en bonne et due forme, le cadre élu – Sentosa – est une petite station balnéaire de la côte sud de Singapour. Là, sur une douzaine d’hectares en cascades douces, Capella resort en fut l’éphémère écrin. Gratifié de six étoiles et tout en sinuosité, il a été imaginé par le cabinet britannique Norman Foster & partners et livré en avril 2009. Le programme initial dépassait le simple hôtel pour lui adjoindre villas, espaces événementiels, salle de bal et spa au sein d’un site occupé par des bâtiments restaurés du XIXe siècle, au vocabulaire vernaculaire colonial. A l’origine, ceux-ci furent conçus comme lieu de détente du personnel militaire – exclusivement les officiers – occupant la petite île.

Les nouvelles constructions s’étendent de part et d’autre des structures mêlant pierre blanches historiques et tanah merah (terme malais désignant la terre rouge latéritique). Le tout en boucle autour d’un jardin dense. La peau unificatrice est constituée de balustrades en dialogue avec les teintes des toits voisins en terre cuite. Plus de 5.000 arbres ont été plantés autour de cette extension en forme de serpentine. La végétation a colonisé également l’arrière; les villas à conception simple y sont disposées en lignes courbes divisées par toute une série de piscines. Parmi les projets récents du cabinet Foster figurent un hôtel à Hong-Kong (336 chambres; ancien siège classé du gouvernement à 25 étages) et le nouveau siège de la BBC à Cardiff (pays de Galles).

© Norman Foster & partners

Pin It on Pinterest

Share This