Habay la luxembourgeoise a décidé de créer un pôle socio-administratif sous toit commun, dans le même site-parc que ‘mairie’, crèche basse énergie, future centrale à chaleur et autres services à la population. C’est tendance. Fosses-la ville (Namurois), Crisnée (Liège) et d’autres l’ont précédé dans le même mouvement.

Regroupant dix localités luxembourgeoises d’Anlier à Rulles, Habay-la-Neuve a bâti son avenir florissant au départ de deux places fortes seigneuriales dépendantes d’Arlon. Profitant de la proximité de la forêt d’Anlier aux 7.000 ha et d’une rivière – la Rulles –, forges et importantes usines à fer (Châtelet, Bologne, Pont d’Oye, Prince) assurèrent l’essor des lieux entre XVIIe et XIXe siècle. Cette expansion industrielle s’est poursuivi par une mue desdits sites en scieries et papeteries.

Aujourd’hui, Habay chef-lieu regroupe logiquement la plupart des services et organismes publics. Pour rationnaliser et faire davantage d’économies d’échelle, l’entité s’est mise en tête d’en regrouper une bonne partie dans un Q.-G. socio-administratif proche de l’hôtel communal (intérieur à rénover) et de toute une série de services à la population. A l’instar de Fosses-la-Ville la namuroise (écho du 6/6 > FA web) après interventions de Réservoir A/A+11 ou Crisnée la liégeoise (écho du 1/6 > FA web) traité par le bureau AVVT et de bien d’autres l’ayant précédé dans une logique très tendance.

Ex-hôtel home
Faisant partie d’anciennes dépendances (écuries, garages, …) d’un château ruiné, ce centre multiservices investirait l’hôtel du Châtelet. L’ancien home du personnel ex-RTT/Belgacom/Proximus était en effet devenu un hôtel à vendre, annexe au château du Pont d’Oye proche, lieu pour poètes, artistes et écrivains depuis l’entre-deux-guerres. Après expertise du Comité d’acquisition d’immeubles et de l’enregistrement de Florenville, Habay l’a finalement racheté fin 2012 pour y rassembler diverses fonctions, des CPAS, cuisines collectivités, accueil seniors, maison de village jusqu’aux salles d’apparat publiques et différents bureaux: œuvres sociales, ALE, repas scolaires et accueil extrascolaire.

Désormais, le «parc du Châtelet» réunit donc depuis début septembre, hôtel communal, CPAS et cie, maison de village, crèche (Plan Cigogne III) basse énergie ossature bois et de plain-pied ouvrant sur 25 ha de verdure publique et d’infrastructures récréatives. A l’issue d’un marché public, ce dossier supérieur à 3 millions € a été confié à un bureau d’architecture du cru, déjà auteur d’un avant-projet des aménagements. Avec l’aide de l’intercommunale Idelux (mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage), le bureau Alinéa Ter membre actif du GIE Vecteur A a signé les esquisses, piloté la consolidation du bâtiment à ailes et leur isolation par l’extérieur. De conséquents subsides «site à réaménager» (SAR/VA49) et «développement rural» (PCDR) ont permis sa bonne finalisation. Bientôt, ce nouveau pôle bénéficiera du futur réseau de chaleur du parc.

© ICHabay-la-Neuve; Idelux

Pin It on Pinterest

Share This