LLN : (Re)naissance éternelle

Pour devenir une ville à part entière, la cité-campus néo-louvaniste multiplie les fonctionnalités. Avec, pour la plupart, des architectes fidèles lecteurs du plan directeur originel…

Sur le plateau de Lauzelle et ses 900 ha adossés à la ceinture verte éponyme, Louvain-la-Neuve n’en finit pas de s’ériger en ville-campus avec toutes ses fonctionnalités. Bâtie en s’inspirant à la fois du peintre-ingénieur-architecte Léonard de Vinci (Città ideale del Rinascimento ; logistique en sous-sol et ville piétonne sur dalle) et de certaines villes italiennes de la Renaissance, LLN a gardé en tête son plan directeur d’après Walen buiten de 1968 : « le site est la matrice de la ville ». On y retrouve donc coins et recoins, rues tortueuses, paysage urbain variant constamment, relief, briques et toits en pente partout, de Hauzelle à Blocry, des Bruyères à Biereau.

De conception récente, seuls le quartier des nouvelles Bruyères et l’Esplanade (échos des 20/5 et 24/7 > FA web) y dérogent. Les gabarits y sont plus imposants, la voiture y grignote la culture piétonne, les rues, longues, sont davantage tracées au cordeau. LLN doit en effet absorber, comme le reste de la province, la plus forte croissance éco-démographique du pays. Au point que les Chinois l’ont choisie pour y domicilier leur premier et plus grand incubateur européen (écho du 24 juin 2016 > FA web). Conçu par le bureau Architecture Engineering Verhaegen, ce China-Belgium Technology Center à 8,3 ha va accueillir des firmes prioritairement axées santé, TIC, bio- et nano-techs, ingénierie verte et environnement. Mi-août dernier, avec retard, les travaux ont enfin officiellement débuté : 120.000 m2  sont à livrer en trois phases d’ici théoriquement mi-2019.

Moratoire
Désormais, l’épicentre néo-louvaniste s’est déplacé rue Charlemagne unissant les deux places principales de la ville-campus. Le temple marchand L’Esplanade voulait sortir de son carcan 135 enseignes, 339 appartements et 13 cinémas (40% commerces, le reste entre tertiaire et logement). Mais, signé par les bureaux Chapman-Taylor-Sauvage et Jaspers-Eyers & partners, son extension à 50.000 m2 vient d’être gelée jusqu’en 2020. Après la consultation populaire de juin dernier, la commune veut d’abord disposer d’une réflexion menée sur l’ensemble de la zone.

Le développeur Klepierre devait adapter son projet à l’automne ; pour l’instant, il réserve sa réponse. Par contre un autre projet est acquis : un gîte d’étape en plein centre-ville, à l’angle des rues de la Gare et de la Longue Haie, dont les plans ont été tracés par le bureau FSV² Architects. A 4,8 millions €, son infrastructure à 124 lits fournira dès la plus prochaine rentrée académique (automne 2018) une halte à six niveaux et aménagements PMR enrichissant d’autant l’offre d’hébergements touristiques de la ville-campus : familles et doctorants en visite, touristes, étudiants étrangers, groupes scolaires, colonies de vacances, etc.

© UCL ; AFSV2 Architects

LLN : (Re)naissance éternelle

Pin It on Pinterest

Share This