Paris - JO 2014

Parmi les plans pluriannuels SNCB/Infrabel tout juste votés figure la somme de 8,5 millions pour boucler la métamorphose de la gare namuroise trains/bus imaginée par Ney & Partners et Eurogare. BAEB revoit, lui, l’entrée de ville vers Gembloux, Nivelles, Bruxelles.  

Datant du milieu du XIXe siècle, le bâtiment voyageurs de l’importantissime nœud modal gare SNCB de Namur/gare bus a été adaptée au XXIe siècle au début des années 2000. Outre les démolitions intégrales phasées (toiture, planchers d’étages, salles-guichets, pas perdus), gros-œuvre et parachèvements, les façades de pierres blanches et crépis ont été complètement rénovées. A la barre de cette métamorphose, Eurogare et Thiran/TWT. Depuis, SNCB-Holding, SRWT et Ville de Namur s’occupent d’y optimiser un projet d’intermodalité global en implantant notamment une gare d’autobus périurbains et ses 2.000 mouvements… quotidiens sur une dalle couvrant la gare ferroviaire, à côté du bâtiment historique de 1864.

A cet égard, la multi-gare namuroise est traitée à égalité avec les autres rénovations/reconstructions des grandes gares du pays, caractériseés par de meilleures liaisons («translativité») et l’intermodalité étroite. Le tout s’inscrit dans un projet de revitalisation plus large (quartier gare/casernes). Implantée ilot Léopold, en plein air, la surface de la ‘gare’ TEC périurbaine actuelle va passer de 4.200 m2 à 11.145 m2 sur la future dalle en cours d’aménagements: d’ici mi-2019, rampe d’accès haubanée, façades-ruban de verre blanc entourant l’infrastructure, toiture et auvents en acier et verre. Là, le maître d’œuvre est Eurogare et l’architecte-auteur de projet, le bureau Ney & partners.

Nouvelle porte d’entrée?
Selon le plan mobilité SNCB de la province de Namur 2017-20, cela va pourtant beaucoup plus loin que l’infrastructure décrite :

  • nouveaux sanitaires grand public, nouvelle salle d’attente, télécoms réseau bureau (2017-2018)
  • nouveaux locaux conducteurs de trains (2018-2019)
  • rénovations quais (2020-21) et voiries connexes, selon le moyens budgétaires alloués

Précisement, ces moyens viennent d’être mieux définis, parmi le fouillis des quelque 800 chantiers repris dans les plans pluriannuels 2018-20 SNCB/Infrabel (gestionnaire réseau ferroviaire). L’enveloppe atteint … 5,3 milliards €, au total! 8,5 millions € seront consacrés à achever les travaux de la dalle multimodale namuroise parmi les chantiers concernant un certain nombre de gares du Namurois – dont la nouvelle gare de Ciney (22,3 millions €) –, qui donneront du travail à revendre aux bureaux d’architecture intéressés. D’autres investissements relèvent de plans stratégiques pluriannuels d’investissement 2018-2031, dont le milliard € complémentaire pour boucler la construction du RER.

A l’autre bout du faisceau ferroviaire de l’hyper centre namurois, butant sur le pont d’Heuvy menant vers Gembloux, Nivelles et Bruxelles, le chancre «Avis» pourrait disparaître de cette entrée de ville entre avenue des Croix de feu/boulevard de Merckem et voies. L’architecture proposée par BAEB (bureau d’architectes Emmanuel Bouffioux) et avalisée par le développeur bruxello-namurois Artone le fonds d’investissement français Brownfields sera audacieuse. Là s’érigera bientôt un complexe de bureaux de 6.000 m2 et neuf étages (3 en sous-sol), de préférence pour un occupant unique. La Région Wallonne doit très bientôt entériner ou non le feu vert conditionné (passerelle cyclo piétonne, protection pont) de la capitale administrative wallonne. Cette entrée de ville revue pourrait être livrée à partir de 2020.

© Eurogare-Ney & partners ; BAEB

 

Paris - JO 2014
Paris - JO 2014
Paris - JO 2014
Paris - JO 2014

Pin It on Pinterest

Share This