En ville basse, Charleroi veut étrenner une nouvelle cité administrative à… 30 millions €. Ailleurs en carolorégion et également en Namurois, de nouveaux pôles administratifs ou carrément multifonctionnels poussent un peu partout, de gentilhommière et ex-hospice transformés à des bâtis neufs où règnent verre et béton architectonique. Ici, ancien étui à nouvelle aile-tube sur pilotis, là extensions vitrées ultra-contemporaines. Concepteurs et groupements d’architectes ont beaucoup phosphoré…

Rationnaliser en regroupant l’ensemble des services communaux, voire ouvrir en sus ces nouveaux pôles politiques à l’aide sociale, au culturel ou à d’autres fonctions – récréatives par exemple – est très tendance. Ces conversions au XXIe siècle abondent actuellement en ‘Carolingie’ et Namurois, de Marchienne, Gilly, Charleroi à Gembloux ou Fosses-la-ville. Ainsi, la première métropole wallonne veut sa cité administrative regroupant ses services centraux au contact du futur Left Side Business Park (échos des 3/5 et 12/8/2017 > FA web). A priori, face au ministère des Finances en Ville basse, le building Magister ex-Renaissance énergétiquement rénové pourrait convenir. Appartenant au promoteur du néo-temple commercial Rive gauche quasi-voisin, signé par DDS+, cet immeuble offre 13.000 m2 aux 850 agents à regrouper.

Il en coûterait… 30 millions €, un coût de rachat à étaler sur 30 ans, opération conditionnée par l’accord de la tutelle régionale. Le produit de la revente des bâtiments communaux délaissés par les fonctionnaires serait consacré à financer le relookage profond de plusieurs hôtels de ville annexes, dont Gilly, Marchienne et d’autres. Des esquisses existent déjà, comme celles signées par l’atelier belgo-hexagonal de création numérique en architecture Asymétrie. A Ransart, aux côtés des aéroport et Aéropole (écho du 1/5 > FA web), le dossier de l’ex-maison communale à muer en Quality Flyhôtel (LBD Immo) de 55 chambres 4* patine, lui, depuis une décennie. Le bureau bruxellois BDAR en a déjà dressé un avant-projet riche en beaux volumes-extensions vitrés.

Gentilhommière namuroise
En namurois, entre XVIe et XVIIIe siècle, le futur château ou gentilhommière Winson abritait un ancien couvent des Sœurs Grises. En association avec ses homologues carolos d’A+11 et Piron Architectes-Ingénieurs, le bureau Réservoir A (caserne pompiers Charleroi avec Samyn & partners ; GhdC avec VK > écho du 22/2/2017 > FA web; centre aquatique Marcinelle, …) est lauréat du concours d’architecture lancé par Fosses-la-ville en 2012, aidé du BEP, pour muer l’étui ancien en futur pôle politico-administratif, culturel et récréatif. Pour 5,5 millions € comprenant l’achat domanial, les futurs nouveaux métiers de ce lieu porté à 2.500 m2 sont clairement définis.

A inaugurer ces 9-10 juin prochains, cette spectaculaire reconversion est surtout caractérisée par une greffe ultra-contemporaine à bardage bois et sur pilotis structurant tout le site et l’ensemble de ses fonctions:

·Hôtel de ville et bastion administratif > ex-château conservant certains pourtours ouvragés rosaces, boiseries et peintures incrustées + nouvelle aile-passerelle tubulaire (800 m2)
·Domicile CPAS > ex-hôpital
·Centre culturel
·Espaces récréatifs, parc 3 ha (bientôt public) et étang traités par l’Atelier Paysage (Achet/Hamois).
·Maison rurale > granges et annexes en 2020

© Asymétrie (Gilly-Marchienne); BDAR (Ransart) ; Réservoir A/A+11/PEC/Atelier Paysage/M.-N. Dailly (Fosses)

Pin It on Pinterest

Share This