Paris - JO 2014

A livrer pour 2021, Tropicalia sera un lieu de vie et de découvertes unique pour tous, en bordure de côte d’Opale. Affichant 20.000 m2 d’un seul tenant, cette nouvelle attraction des Hauts de France sera la plus grande serre tropicale au monde. Elle sera énergiquement «self sufficient»…

Installé à Paris, Lille et en Chine, l’agence hexagonale Coldefy & Associates Architects Urban Planners (CAUU) va doter la côte d’Opale en Hauts de France (ex-Nord Pas de Calais; 24 millions de touristes annuels) de la plus grande serre tropicale récréative au monde. Elle sera construite sous un seul dôme de 20.000 m2. Quelque 8.000 papillons et des oiseaux frugivores ou se nourrissant de nectars – touracos, colibris, toucans, perroquets, perruches – y voisineront reptiles, poissons et collection botanique (arbres tropicaux acclimatés aux Pays-Bas, plantes à fleurs, orchidées,…).

Construit sur plusieurs niveaux et financée par des investisseurs privés à hauteur de 50 millions €, Tropicalia mêlera:

 

  • bassin tactile de carpes koï > enfants
  • chemins pédestres totalisant plus d’1 km
  • forêt tropicale
  • jardin d’eau, cascades, rivières et piscine des grands poissons amazoniens
  • plage tortues + raies ‘potamotrygon’ d’eau douce très colorées
  • services culture, horeca, hébergement
  • espaces scientifiques (salle de conférence, labo, clinique)

Génie thermique
A proximité de Berck popularisé par Bienvenue chez les Ch’tis, larchitecture des lieux sera donc signée par CAUU, inspiré par l’exigence d’une immersion totale en tropiques en recréant leur luxuriance. Pour diminuer l’impact visuel et la hauteur des lieux, cette mégastructure s’inscrit dans son environnement en s’enchâssant partiellement dans le sol. On y attend 500.000 visiteurs par an. Leur parcours débutera depuis le plus haut niveau de la serre-dôme.

Ce biodôme Tropicalia sera coiffé d’une double peau aux châssis en alu, constitué à la fois d’une structure métallique porteuse de bandes de (poly-)éthylène tétrafluoroéthylène (ETFE; 60 m x 4 m) et, en couche extérieure, d’une membrane synthétique minérale en coussins pressurisés. Cette dernière crée concomitamment l’isolation thermique nécessaire sans atténuer la luminosité. Sous la structure porteuse, une troisième couche d’ETFE sera déployée pour accumuler la chaleur produite par… effet de serre. Les travaux débuteront en 2019 pour s’achever en 2021.

© Agence CAUU

Pin It on Pinterest

Share This