Le seul club bruxellois de la première division de foot belge est dans les étals. Sa valeur? De 100 à 150 millions €, selon les sources. Trois à quatre offres s’affrontent. RSC Anderlecht restera-il finalement dans son enceinte actuelle, à l’ombre du parc Astrid? Rien n’est moins sûr.

Propriété de la famille Vanden Stock qui a fait fortune dans le commerce gueuze-bières, le seul club bruxellois de la Jupiler’s League (première division) est à vendre. A cet égard, les dernières semaines de 2017 devaient être décisives. Dans les rangs acheteurs : les Gheyssens de Ghelamco (promoteur immobilier d’Eurostadium dessiné par Jaspers-Eyers & partners, privé d’Euro 2020; écho du 7/12 > FA web) sans Wouter Vandenhaute (maison de production Woestijnvis ; Flanders Classics); le géant belge Besix et un partenariat égyptien autour du milliardaire Naguib Sawiris; le russe Alisher Usmanov, actionnaire (30%) du club anglais Arsenal; enfin, plus hypothétique, trois familles industrielles pilotées par un des actionnaires minoritaires du club bruxellois (à hauteur de 15%).

Terres d’asile possibles…

Le président septuagénaire du RSCA Roger Vanden Stock voulait une décision de principe avant l’An neuf, fatigué des conditions contemporaines entourant un sport qui l’a pourtant fait vibrer pendant des décennies. A l’étroit, son club a été transformé en SA en 2008, pour disposer de la trésorerie nécessaire à la rénovation d’un stade à mettre aux normes UEFA. La volonté présidentielle est accompagnée de deux exigences: bon prix et avenir sportif assuré pour équipes et stade qui ont eu de tous temps ses faveurs.

En 2010, les dirigeants du club présentaient un stade rénové à 66.000 m2 également conçu par Jaspers-Eyers en association avec DDSNey PartnersArcadis, avec un troisième anneau portant le stade à 30.000 places. Puis, la piste d’un Anderlecht  quittant sa commune historique pour le Heysel en locataire d’Eurostadion a vu le jour. La triste pantalonnade de début décembre d’une enceinte finalement privée d’Euro 2020 a coulé l’hypothèse, dans sa version du moins actuelle. Le nouveau temple élira-t-il une installation à Neerpede, banlieue anderlechtoise d’outre ring? Ou plutôt pour la Petite-Ile, à proximité de la gare TGV Midi? Ou ailleurs avec déjà un projet reconversion récemment primé et imaginé par Nicolas Firket Architects (NFA) transformant le toit du stade actuel… en piste d’athlétisme? Wait & see… (Ph. G.)

 © Jaspers-Eyers & partners ; NFArchitects

Pin It on Pinterest

Share This